Logo du Rewisbique

Le patrimoine local: Les carrières

Inventaire des données relatives aux carrières

La carrière de Quenast - La carrière de Bierghes


Dernière mise à jour du site:
le 29/04/2019
acquisitions29/04/2019
Recherchez dans le site
Recherche avancée


avis

avis
avis
avis
avis
avis

avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis

La carrière de Quenast

Célèbres par le passé pour ses “pavés”, les fameuses carrières de porphyre de Quenast constituent un pôle industriel de l’entité. Celles-ci se sont regroupées au fil du temps en une exploitation unique qui est toujours en activité actuellement. Pierre d’origine volcanique, le porphyre a été exploité dans la région de Quenast dès le XVIIe siècle par les habitants du village à leur usage personnel. Divers particuliers tirent profit des carrières de Rebecq et de Quenast jusqu’en 1844, moment où Joseph-Emmanuel Zaman commence à les racheter. Quelques années plus tard, la “Société Zaman et Cie” (créée en 1854) a englobé les plus belles carrières de la région. Joseph-Emmanuel Zaman s’attache à industrialiser la production et, en 1864, l’entreprise devient la “Société anonyme du porphyre de Quenast” qui englobera les “Nouvelles carrières du Brabant” et les “Carrières de l’Ermitage de Lessines” avant d’être reprise en 1985 par la “S.A. Gralex”.

carrières

Lithographie montrant les carrières de Quenast en 1852 (Archives Rewisbique)

carrières

Lithographie montrant le nord de la carrière et le plan automoteur en 1852 (Archives Rewisbique)

carrières

carrières

carrières

Vues du nord de la carrière, ver 1877 (Archives Rewisbique)

carrières

Ouvriers carriers "Cayoteux" en 1877 (Archives Rewisbique)

Les carrières de Quenast forment la plus grande carrière à ciel ouvert d’Europe. Elle a une superficie de 140 ha et atteint maintenant une profondeur d’environ 125 mètres. Ce filon de porphyre (pierre d’origine volcanique) s’étend de Quenast à Lessines sous une vingtaine de mètres de terre ; il fut exploité dès le XVIIIe siècle. Cette roche très dure servait traditionnellement à confectionner les célèbres pavés routiers belges. Depuis 1946, grâce à la mécanisation et l’élaboration de nouvelles chaînes de production, la production s’est tournée vers les matériaux concassés : enrobés pour l’asphalte routier, ballast pour chemins de fer et surtout TGV, dalles, tuyaux.

carrières

Le grand tunnel creusé dans le Pendant, en 1875 (Archives Rewisbique)

carrières

Vues du plan incliné en 1879 (Archives Rewisbique)

carrières

Le plan incliné dans la carrière du Camp d'Asyle en 1875 (Archives Rewisbique)

carrières

Terrasses et voies des berlines de déblaiement (Archives Rewisbique)

carrières

Carrières du Pendant, du Champ d'Asyle et du Bloquiau en 1890 (Archives Rewisbique)

Les carrières ont profondément marqué le paysage et l’architecture rebecquois. Les terrils, appelés” buts”, forment des collines boisées au pied desquelles l’on retrouve encore de nos jours des maisons ouvrières avec une architecture typique utilisant la pierre locale.

Le porphyre de Quenast, le célèbre pavé qui fut acheté dans toute l'Europe, est mis en avant lors de l'exposition de 1880. A cet effet la Société anonyme des carrières de porphyre de Quenast présente deux colonnes construites dans ce matériau. Couronnées chacune d’une statue allégorique en bronze représentant l’une le Commerce et l’autre l'Industrie, elles sont un don au gouvernement de cette société créée en 1864, mais qui doit son origine à Joseph-Emmanuel-Jérôme Zaman (1812-1894). Il commença à Quenast à racheter des carrières en 1844, puis fonda la Société Zaman et Cie en 1854 qui deviendra la S.A. susnommée en 1864. Celle-ci sera reprise par la S.A. Gralex (filiale de HeifelbergCement) en 1985 qui est toujours en activité.sit Les colonnes de Quenast
Pour la petite histoire, rappelons qu'une avenue est consacrée à Zaman à Forest et qu'il est le neveu de François Wyns de Raucourt (1779-1857), bourgmestre de Bruxelles du 15 juin 1841 au 2 octobre 1848.
Quant aux deux colonnes, elles furent rasées lors des travaux de percement du tunnel sous le parc en 1974

carrières

Ouvriers façonnant des blos de porphyre (Archives Rewisbique)

carrières

Personnel administratif de la carrière en 1891 (Archives Rewisbique)

carrières

Carte des carrières de Quenast en 1866 (Archives Rewisbique)

carrières

Façonnage de blocs de la base des colonnes du cinquantenaire construites à Bruxelles en 1880 (Archives Rewisbique)

carrières

Les colonnes du cinquantenaire, détruites en 1974 (Archives Rewisbique)

ligne

Recherchez dans ce site par mots clefs - Recherche avancée - by freefind
Revenir en haut de la page

contacts liens Plan du site Mentions légales

Le Rewisbique est soutenu par un mécénat émanant de la Brasserie LEFEBVRE de Quenast
La reproduction et la diffusion sous quelque forme que se soit, des textes, images et données présentés sur ce site
sont interdites sans l’ autorisation expresse des responsables de ce site.

© Copyright "Rewisbique - asbl" - 2016, tous droits réservés
Valid XHTML 1.0 Strict Logo Wilfred Burie Webmastering compteur pour site web gratuit sans pub