Logo du Rewisbique

Archives du Rewisbique: Outils
Monnaies


* Concordance des calendriers *
* Glossaire *
* Poids et Mesures *
* Monnaies *
* Liste des Princes d'Enghien *
* Liste des Ducs d'Arenberg *
* Liste des Ducs de Brabant *
* Liste des Mayeurs de Rebecq *

Dernière mise à jour du site:
le 29/04/2019
acquisitions29/04/2019
Recherchez dans le site
Recherche avancée


avis

avis
avis
avis
avis
avis

avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis
avis

Monnaies utilisées en Brabant, sous l'Ancien Régime

Les unités de compte

- Les trois unités dites de compte, abstraites, qui servaient à exprimer une valeur et à compter : livre, sou, denier. La livre vaut 20 sous ou 240 deniers.

- Deux livres se sont imposées durant l’Ancien Régime : la livre parisis et la livre tournois. La livre parisis sera définitivement supprimée en 1667, et en 1720, la livre tournois sera appelée tout simplement la livre.

- La monnaie dite « Tournois » était appelée ainsi car cette monnaie était frappée initialement à Tours, par opposition à la monnaie parisis qui, elle, était frappée à Paris.
La livre parisis vaut 1 1/4 de livre tournois, ou 25 sols tournois, ou 300 deniers tournois.
La livre tournois vaut 1 1/5 de livre parisis, ou 16 sols parisis, ou 192 deniers parisis.

Les unités de règlement
- Les unités dites de règlement, concrètes, servaient à nommer les pièces de monnaie, frappées par les ateliers autorisés et utilisées pour les échanges :
- Le louis d’or : monnaie en or fabriquée pour la première fois par Louis XIII en 1640 (Ordonnance de St Germain en Laye du 31/03/1640). Pièce emblématique des Louis XIII, XIV et suivants, elle n’a cessé de voir son cours fluctuer au fil des ans, suites aux différentes dévaluations et nouvelles frappes monétaires. D’une valeur de 10 livres en 1640, elle passa par une valeur de 20 liv. en 1709, 54 liv. en 1721 pour retomber à 24 livres en 1726 et y rester. Voir la fiche sur le Louis d’Or.
- L’écu de France ou écu blanc d’argent, ou encore louis d’argent est une pièce apparue sous cette forme par un édit de septembre 1641. D’une valeur initiale de 60 sols (3 l. tournois) son cours passa à 6 l. tournois en 1726. Le terme d’écu est apparu bien plus tôt, sous le règne de Louis VII. A noter qu’il existe des sous divisions de l’écu, telles que le demi-écu, le quart d’écu ou le dixième d’écu, valant respectivement 0,5 écu, 0,25 écu et 0,10 écu.
- Le liard : Petite monnaie de cuivre créée sous Louis XIV par déclaration du 1er juillet 1654, pour une valeur de 3 deniers tournois, bien qu’il y ait eu trace des liards sous Louis XI. De 1658 à 1694, le liard était donné pour 2 deniers tournois, et réévalué à 3 deniers tournois à partir de 1694. Cette monnaie, de très faible valeur par rapport aux livres et aux autres louis et écus, était très utilisée par le peuple.

monnaies

Le double louis d'or et la livre tournois (Charles V)



Boddrager :
Monnaie en circulation vers 1340 entre Louis de Clercy, les ducs de Flandre et Jean III de Brabant.

Carolus (Carlus ou double escalin) :
Valeur de deux escalins (20 sous de Liège) ; un florin Brabant-Liège (le carolus est une pièce frappée à l'effigie de Charles Quint; le sol ou sou est une monnaie qui est restée longtemps en usage, en dernier lieu, elle représentait la vingtième partie d'un franc; en Belgique, une pièce de cinq francs était appelée "cent sous").

Cent :
Centième du florin hollandais ; après 1830, pièces de 1 et 2 centimes de franc.

Clinckart (klinckart, clinckaert) :
Le clinckart ou demi-écu est l'imitation des pièces du même type émises en Brabant, par Jean IV, Philippe de Saint-Pol, et Philippe le Bon.
De semblables monnaies ont été frappées en grand nombre par des princes qui régnaient tous vers la même époque que Jean II, seigneur de Wesemael. On retrouve parmi les monnaies imitées le griffon d'or et d'argent, les peeter, également d'or et d'argent, les plaques imitées des vierlander, les deniers noirs, copiés des mites flamandes, etc.

Escalin :
De l'ancien anglais skilling : valeur de dix sous (le mot d'ancien anglais "skilling" est l'ancêtre du mot "shilling")

Guillelmus (écus) :
Ecus frappés en Hollande au XVe siècle (Deschamps De Pas, Appendice : Inventaire des pièces relatives aux monnaies..., Saint-Omer, 1862, p. XXXV)

monnaies

L'écu (Louis IX, 1266) et le mouton d'or



Gripen :
Monnaie en circulation dans l évêché de Louvain, au XVe siècle, entre autres.

Gros blanc :
Le gros blanc est une monnaie d'argent française frappée sous le règne de Jean II le Bon (1319-1364)

Gros tournois :
Le gros tournois est une monnaie d'argent créée par saint Louis lors de sa réforme monétaire de 1260-1263.

Mite :
Monnaie utilisée en Flandres. Une mite valait un demi-denier, donc cette double mite valait un denier. C'était de la petite monnaie.

Mouton d’or :
Monnaie d'or à la grande laine, à la petite laine, circulant au XVe siècle, particulièrement en France.

Patard (patar) :
Monnaie en cuivre, sou liégeois valant un dixième d'escalin, 4 liards.

Patacon : (patagon) :
Ecu liégeois (8 escalins).

monnaies

Le patard (Amiens) et la pistole



Peeter :
Monnaie frappée à Louvain, vers 1430, sur ordre de Philippe de Saint-Pol, duc de Brabant de 1415 à 1430.

Pièce :
Récipient servant essentiellement à la conservation et au vieillissement du vin (de 142 l à 420 l, selon l’origine du contenu)

Pistole (pistol) :
Ancienne monnaie utilisée dans de nombreux pays. En France, le terme désignait d'abord l'écu espagnol.

Placque (ou plaques) :
Monnaie imitée du Vierlander.

Ridder :
Le ridder est une monnaie qui fut frappée vers 1434, à Malines, lors de la réunion du brabant à la Flandre.

Rixdale :
(en néerlandais : Rijksdaalder) est le mot français qui désigne une ancienne monnaie en argent ayant eu cours à partir du XVIe siècle aux Pays-Bas et dans une grande partie de l'Europe du Nord.
Ce nom provient directement de l'allemand Reichsthaler, une grosse pièce en argent d'environ 27 g, fabriquée dès 1550 par les autorités monétaires du Saint-Empire romain germanique, autrement dit du thaler.
Abrégé par aphérèse en daalder, expression utilisée par les négociants des Provinces-Unies durant leurs transactions commerciales et qui perdura jusque dans les colonies américaines, cette pièce était l'équivalent de la pièce de 8 réaux espagnols. Ce type monétaire inspira par la suite la création du dollar américain en 1776. Au change à Paris, le rixdale se négociait entre 1720 et 1790, contre un écu en argent de 6 livres françaises.Le format rixdale fut frappé continuellement jusqu'en 1938, sa contre-valeur étant de 2 florins (gulden) et demi.

Vierlander : Monnaie : le sol ou Vierlander de Philippe le Bon, valait 1 patard de Brabant ou 2 gros, était à 6 deniers, de 72 au marc (3 grammes 40)

* Durant certaines époques et en certains lieux, certaines redevances et prix étaient établis en denrées de consommation diverses (chapons, poules, moutons, peaux d’animaux, etc.), en travail animal (traction, labourage, etc.) ou en main d’œuvre humaine (fanaison, moisson, désherbage, etc.).

Ci-dessous, extrait de Sabot T.: « La valeur des biens, niveau de vie et de fortune de nos ancêtres » :
- le prix payé pour un fermage comprenant maison, grange, étable, jardin, prés, terres et pâtures était de 100 livres par an ainsi que 6 livres de beurre et autant de fromage et six chapons (soit : 380 € de 2006).
- prix de vente d’un ensemble de terres à sarrasin, prés et le communal 150 livres.
- le prix d’une brebis et son agneau 5 livres, une vache et son veau 40 livres (soit 102 € de 2006), une génisse et un taureau 45 livres.
- un lit complètement équipé avec son chevet 10 livres.


Wilfred Burie

Sources :
- Graus (F.) : " La crise monétaire du 14e siècle", Revue belge de philologie et d'histoire, 1951, Vol. 29, N° 29-2-3, p. 445-454.
- Sabot Thierry : " La valeur des biens, niveau de vie et de fortune de nos ancêtres ", Editions Thisa-France. -
Vandewalle Paul: "Oude Maten, gewichten Muntselsels in vlaanderen, brabant en limburg" - Oostende 1984
- Cabourdin (G), Viard (Q), "Lexique historique de la France d’Ancien Régime", Paris 1990.
- Marion (M), " Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles ", Paris, 1993
- Doursther Horace, " Dictionnaire universel des poids et mesures anciens et modernes contenant les tables de monnaies de tous les pays ", Bruxelles, Hayez, Imprimeur, 1840.
- Sabot Thierry, " Les poids et mesures sous l’Ancien Régime », http://www.histoire-genealogie.com/
- B. De Jonghe, Th. Limburg-Stirum & A de Witte, " Revue Belge de numismatique, sous les auspices de la Société Royale de Numismatique ", Bruxelles, 1905.
- Mordant Michel, Généalogies, http://users.skynet.be/michel.mordant
- F. Le Blanc, "Traité historique des monnoyes de France ", Paris 1690 ; Amsterdam, 1692 (avec la dissertation historique sur les monnaies de Charlemagne).

ligne

Recherchez dans ce site par mots clefs - Recherche avancée - by freefind
Revenir en haut de la page

contacts liens Plan du site Mentions légales

Le Rewisbique est soutenu par un mécénat émanant de la Brasserie LEFEBVRE de Quenast
La reproduction et la diffusion sous quelque forme que se soit, des textes, images et données présentés sur ce site
sont interdites sans l’ autorisation expresse des responsables de ce site.

© Copyright "Rewisbique - asbl" - 2016, tous droits réservés
Valid XHTML 1.0 Strict Logo Wilfred Burie Webmastering compteur pour site web gratuit sans pub